Après plusieurs jours d’hésitation, le gouvernement bruxellois a pris sa décision. Le viaduc Reyers sera démoli, permettant ainsi au quartier Diamant de respirer, en redonnant de la place à la mobilité douce. Le défi pour la Région sera de donner une cohérence au Boulevard Général Jacques / Brand Whitlock / Reyers / Lambermont.

Sept projets sont actuellement à l’étude ou déjà en cours d’exécution sur les neuf kilomètres que compte le boulevard, un des axes majeurs de la capitale, qui relie les communes de l’est de la Région. Ces projets vont tous dans le même sens, à savoir diminuer l’espace dédié à la voiture et augmenter celui des piétons, cyclistes et transports publics.

Problème : ces projets sont tous examinés un à un, ou en petits groupes : le quartier Buyl d’un coté, le quartier Reyers de l’autre. Comment ne pas risquer un manque de cohérence ? Quelle est la probabilité que nous nous retrouvions, dans 5 ans, avec un boulevard qui ne pourra pas proposer une piste cyclable continue ? C’est déjà face à cette situation surréaliste que l’on se retrouve aujourd’hui, en phase test à Ixelles, avec une piste cyclable digne de ce nom pendant 3 blocs (de l’Avenue Maurice à l’Avenue des Saisons) et puis plus rien jusqu’à la VUB, et encore une interruption jusqu’à la place Meiser.

Les intentions du gouvernement sont très certainement louables, mais n’est-il pas nécessaire de s’arrêter un instant et de réfléchir à un nouveau boulevard, cohérent et viable pour tous,  le long de ses neuf kilomètres ?