Les portiques oranges du Fushimi Inari taisha, à Kyoto

Fushimi Inari taisha, Kyoto – © Maxime Delrue

Les portes de l’hôtel se referment. Sur le trottoir,  les hordes de travailleurs dans leur uniforme chemise blanche et pantalon noir se pressent nonchalamment dans l’air chaud et humide du mois de septembre. Immersion dans un pays surprenant et attachant : voici cinq bonnes raisons, plus ou moins connues, de découvrir le Japon !

1/ La nourriture ne se limite pas aux sushis

Des gyozas en gros plans

Chez le spécialiste tokioïte du Gyoza, Harajuku Gyoza-ro – © Maxime Delrue

Oui, du riz à pratiquement tous les repas il y aura, mais non, les Japonais ne mangent pas que des sushis ! Même si ces derniers sont bien meilleurs au pays du soleil levant qu’en Europe, ils sont loin d’être un plat habituel.

À la place, vous gouterez des ramens, soupes aux différentes saveurs avec des nouilles; des udons, des pâtes très épaisses; des gyozas, parfois appelés raviolis pékinois; du boeuf de Kobe d’une tendresse incomparable ou encore des nikumans, sorte de bouchées cuites à la vapeur et fourrées de viande ou de crabe.

Autre particularité japonaise : il est courant de souper dans les centres commerciaux. Ceux-ci accueillent de nombreux restaurants sur un ou deux étages, parfois en sous-sol. Pour choisir sa table, rien de plus facile : il y a souvent de la file dans les meilleurs établissements. Pas d’inquiétude : les Japonais ont la baguette efficace et l’attente ne sera jamais très longue.

2/ La société passe avant l’individu

Dans la culture japonaise, chaque personne est responsable du bon fonctionnement de la société. Faire la file pour prendre le bus ou le train est par exemple tout ce qu’il y a de plus normal. De même, vous ne trouverez aucun déchet à terre malgré l’absence notable, et parfois agaçante, de poubelles. Conséquence : un sentiment de sécurité omniprésent et une courtoisie japonaise à toute épreuve.

Malgré tout, ne soyons pas naïfs: de très nombreux japonais sont seuls au point de louer des amis et la pression sociale est considérable.

Shibuya Crossing, Tokyo - © Maxime Delrue

Shibuya Crossing, Tokyo – © Maxime Delrue

3/ Les Japonais dorment partout, tout le temps

C’est presque devenu un jeu. Une fois assis dans le métro, trouver une personne qui dort, ou devinez qui va être la première à succomber. Spoiler alert : il ne faut jamais attendre longtemps.

« Someone who makes the effort to participate in a meeting despite being exhausted or ill demonstrates diligence, a sense of responsibility and their willingness to make a sacrifice. (…) Such a person is considered reliable and will be promoted. » – Dr Brigitte Steger

Au début, ça choque et avec le temps, on s’habitue, comme les Japonais. Voir quelqu’un dormir, affalé dans le métro ou sur un banc dans la rue n’a rien d’extraordinaire. Cette pratique a un nom : inemuri et elle est très bien acceptée que ce soit dans les transports, à l’école ou en réunion. Dans une société qui considère que dormir sur un lit ou un futon est une preuve de paresse, avoir fait l’effort d’être au travail ou en cours, même épuisé, est bien vu. Comment expliquer cela ? Inemuri n’est en fait pas vraiment considéré comme dormir.

4/ Les transports sont spacieux, fréquents, ponctuels, propres. Bref : le bonheur.

 

Si les Japonais arrivent si facilement à piquer du nez dans un métro, c’est peut-être parce que les transports publics du pays sont (très) fiables. Malgré quelques lignes de métro bondées aux heures de pointes, les transports en général ne sont pas une source de stress.

Le meilleur exemple ? Les shinkansen, ces trains à grande vitesse qui relient l’ensemble du pays depuis plus de cinquante ans. Il y a plus de place pour les jambes que dans n’importe quel avion, les sièges sont larges et confortables, des hôtesses passent à bord avec des boissons et des snacks. Pour compléter ce portrait qui laisse songeur, ajoutons une ponctualité à toute épreuve et des sièges rotatifs qui changent d’orientation à chaque terminus pour permettre à tous les passagers d’être dans le sens de la marche.

5/ L’Islande  n’a pas le monopole des sources chaudes

La rue principale de Kinosaki

Kinosaki, village connu pour ces onsens – © Maxime Delrue

Loin des néons tokyoïtes et des temples de Kyoto, les onsens sont un autre incontournable du Japon. Cadeau de la terre volcanique du pays, ces sources naturellement chaudes sont un lieu de socialisation important pour les Japonais. Entre amis, en famille ou entre collègues, profiter d’un onsen et de ses vertus thérapeutiques s’apparente même à un pèlerinage.

Pudiques s’abstenir : dans un onsen, la nudité est de rigueur. Hommes et femmes se baignent cependant dans des espaces séparés.